« Ma mère et Suzanne buvaient le café chez la voisine Mme Versini, la mère de Charlotte, chez qui je n’avais pu me faire inviter. On entendait un genre de grillon dans le tilleul. Marie-Claire portait une robe blanche, elle avait les épaules nues, un décolleté marqué, elle m’a retourné un sourire trop chaleureux. L’apprenti a baissé la tête. Moi, je suis parti vers le jardin comme si ma vie était en jeu. »

Ce bel été 1964, p. 51

Télécharger la couverture

En librairie le 3 juillet 2020

ISBN : 979-10-97594-53-4

Format : 14 x 19 cm
Pagination : 192 pages
Prix : 17, 90 €

Paul Esnault prend le train pour se rendre à des obsèques dans la petite ville de Lahaye, en Touraine, où il passait les  vacances d’été chez ses grands-parents. Notamment l’été 1964, le dernier.
Ce fut pour lui l’été des initiations amoureuses, de la télévision dans le foyer, entouré d’une grand-mère devineresse, d’un grand-père spécialiste en appareils ménagers, d’un oncle, Dédé, ancien d’Algérie et… de la sulfureuse Marie-Claire, la femme de Bertrand, un autre oncle.
Dans cette vie de famille provinciale, apparemment tranquille, il y a tout de même des morts suspectes aux yeux de l’adolescent. Ainsi que des choses qui ne se font pas.
Surtout, derrière le mur de la cour, on pouvait entendre le piano de Charlotte Versini…
Toute la tendresse, nostalgie et libération des années soixante !

 

 

Pierre Filoche, né en 1951 à Châtellerault, dans la Vienne. Il a fait des études de sciences sociales à  l’université de Poitiers, puis a travaillé comme responsable de conceptions informatiques. Auteur surtout connu pour ses nouvelles et romans policiers, il participe à l’aventure du Poulpe avec la publication en 1998 de Eros les tanna tous. Son premier roman, Le banquet des ogres, a paru en 1993, le dernier, On ne demande pas la neige, en 2005.

Ce bel été 1964 est son premier roman hors de son domaine de prédilection. Une parfaite réussite.

 

On en parle…

>
>
>
>
>