« Violette le laisse ouvrir le livre qui traîne sur la table, Alcools, et plus précisément le poème « Colchiques », d’Apollinaire et vient contre lui, douce, lui reprend la main.
— Je vous offre l’apéritif sur la terrasse avant le déjeuner. Nous ne serons que deux. Mes autres hôtes arrivent dans la journée, ou demain.
Et elle a ce regard implorant qu’il va s’habituer à aimer. Oui bien sûr, avec plaisir. »

Et ma vie pour tes yeux…, p. 18

Télécharger la couverture

En librairie le 09 septembre 2022

ISBN : 978-2-487304-08-6
Format : 12,5  x 19 cm
Pagination : 160  pages
Prix : 18, 90 €

Dans la métropole lilloise, après deux mois de confinement lié à la pandémie du covid. La période printanière est secouée par une série de home-jacking qui va jusqu’au meurtre.
Au même moment ouvre la maison d’hôtes de Violette qui accueille ses premiers clients. Des maltraités de l’existence. Henri, veuf comme Violette, revient au pays pour ouvrir un bar, Ida, est écrivaine sexy pour la jeunesse, Édouard représentant en monte-escalier, les Belzunce  un couple de bistrotiers d’Avignon…
Tout ce petit monde tourne autour du couple Henri et Violette qui tente de se refaire une vie amoureuse. Avec pour voisins les habitants de la ferme des Agaches, dont Abel, qui a raté sa vocation universitaire et squatte la bibliothèque de Violette pendant que son fils et sa bru assurent le pain quotidien. Et Abel se proclame aède, persuadé que les mots peuvent recréer des mythes qui rétabliront l’ordre du monde.
Chaque personnage lutte avec ses propres démons et cherche à se reconstruire, à trouver sa place au soleil lors d’une saison particulièrement chaude, pour ne pas parler d’un été meurtrier…

 

Né en 1949 dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France, Michel Quint se destine à des études littéraires. Il commence sa carrière d’auteur en écrivant des pièces de théâtre. À la fin des années 1980, il se tourne vers le roman noir et obtient le Grand prix de littérature policière en 1989 pour Billard à l’étage. Son roman le plus connu du grand public, Effroyables jardins, paru en septembre 2000 a été adapté au cinéma par Jean Becker et de nombreuses fois porté à la scène. Son dernier roman, La Printanière,a été sélectionné par le prix Renaudot et le Prix Renaudot des lycéens.
Max alias Jean Moulin a été réédité en avril 2024 chez Serge Safran éditeur.

On en parle…