« À la différence des philosophies, la littérature ne nous prive de rien. Même pas du rien qui nous fonde. Pourquoi nous en priverait-elle ? Nous prive-t-elle de la vie ? Elle n’a donc aucune raison de nous priver de la non-vie qui est le placenta de cette vie. La littérature peut tout se permettre, vie dans la mort et mort dans la vie. Telle est la connaissance qu’elle fournit, et qu’elle invite à vivre. On va voir. »

Qu’est-ce que la Métaphysique Fiction ?, p. 17-18

Télécharger la couverture

En librairie le 2 février 2017

ISBN : 979-10-90175-62-4
Format : 12,5 x 18 cm
Pagination : 155 pages
Prix : 14, 90 €

bouton_achat

Une réflexion à l’exacte croisée de notre perception métaphysique de la vie et de l’exploration d’un nouveau territoire romanesque. De Proust à Bolaño, en passant par Thomas Bernhard et les dramaturges de l’absurde, l’auteur de cet essai veut « libérer » ce refoulé qu’est la mort au cœur de notre vision des choses.
Par cet essai Jean-Philippe Domecq envisage une nouvelle donne littéraire comme le fit en son temps, par exemple, Alain Robbe-Grillet pour le Nouveau Roman.

D’abord connu pour son Robespierre, derniers temps (1984), Jean-Philippe Domecq a été membre du comité de rédaction de la revue Esprit et rédacteur de Quai Voltaire, revue littéraire. Il a reçu le prix du Pen Club français pour Qui a peur de la littérature ?. Mais il est avant tout romancier, auteur de deux cycles romanesques, « le Cycle des ruses de la vie », et « La Vis et le Sablier » dans lequel il explore un nouveau genre romanesque, la Métaphysique Fiction.

QMF Br. Cult

LHCapture d’écran 2017-01-13 à 17.03.25

Capture d’écran 2017-01-09 à 17.36.12

On en parle…

>
>